Désagréments au niveau des mamelons

Pendant l’allaitement. Passées les premières semaines, l’allaitement se passe bien et vous en profitez pleinement. Voici des réponses aux petits soucis qui peuvent arriver parfois à ce stade.

Les mamelons douloureux persistant

Vérifiez la position de votre bébé au sein, la mauvaise prise en bouche du sein par le bébé est la cause la plus fréquente des crevasses.  Une petite minorité de bébé peut avoir un frein de langue trop court qui ne leur permet pas de prendre correctement le sein.

Si vous mamelons sont douloureux de manière persistante et qu’il ne s’agit pas d’une mauvaise prise en bouche ou d’un frein de langue trop court voici quelques autres suggestions :

  • Le muguet, une infection à candida peut se développer dans la bouche de votre bébé. Les signes d’un muguet sont une rougeur, des mamelons rouges et brillants, parfois des crevasses, des taches blanches et parfois des plaques blanches dans la bouche de votre bébé. Votre médecin peut vous prescrire un traitement. On pense aussi que le candida peut affecter les canaux lactifères, ce qui peut donner des douleurs dans les seins.
  • Les irritations dues aux vêtements ou au détergent utilisé pour les lessives. Très rarement, les mamelons peuvent être sensibles à la salive du bébé lors de l’introduction des solides. Si vous notez les aliments que vous avez donné à votre bébé il vous sera facile d’identifier l’intrus.
  • Une infection bactérienne, il arrive que la crevasse s’infecte, prenez contact avec votre médecin.

Une zone tendue sur le sein

Si vous remarquez une petite zone dure sur votre sein, il peut s’agit d’un canal lactifère bloqué. Essayez les conseils suivants :

  • Masser doucement et appliquer de la chaleur pour aider le canal bloqué à se vider. Vous pouvez utiliser un linge humide chaud, utiliser le pommeau de la douche.
  • Votre bébé sera plus efficace pour vous aider dans cette situation si vous lui donnez ce sein en premier. Prenez soin d’orienter la bouche de bébé de telle manière que le menton du bébé soit en face de la zone du canal bloqué.
  • Vous pouvez masser votre sein et exprimer du lait manuellement.

 

Les canaux lactifères bloqués peuvent être le résultat d’une pression, par exemple un soutien gorge qui appuie ou une pression dû à votre position la nuit.

Une plaque rouge sur le sein enflammée,des symptômes de grippe

Ce peut être les signes d’une mastite, la mastite est une inflammation du sein. Ceci peut être une complication des canaux lactifères bouchés. Votre corps va réagir comme il le ferait pour une infection : par afflux de sang. C’est cet afflux de sang qui donne cette rougeur et cette inflammation. Votre sein semble chaud et tendu, vous vous sentez misérable et fatiguée.

Les mastites semblent plus fréquentes chez les femmes très fatiguées et stressées.

Les symptômes

Il y a deux sortes de mastites :

  • les mastites non infectieuses qui sont plutôt le résultat d’une stagnation de lait, comme un canal lactifère bouché ou des problèmes de drainage du sein
  • les mastites infectieuses qui sont généralement causées par une bactérie

 

Une mastite non infectieuse qui n’est pas traitée peut dégénérer en mastite infectieuse.

Continuer l’allaitement

La mastite est souvent douloureuse, mais il est important de continuer d’allaiter car les tétées fréquentes vont :

  • permettre de bien drainer le sein
  • permettre à la mastite de guérir plus vite
  • éviter que la mastite ne se transforme en mastite infectieuse

 

Le lait du sein malade aura sans doute un goût plus salé que la normale, mais il est parfaitement sûr pour le bébé.

Le traitement

La plupart des mastites guérissent facilement avec les méthodes ci après :

  • du repos
  • boire abondamment
  • des compresses chaudes ou froides (voir la sage femme), des massages doux
  • revoir la prise en bouche du sein par le bébé (drainage incorrect ?)
  • prendre de l’ibuprofène qui diminue l’inflammation et la douleur

 

Il est très important de vous assurer que votre bébé est bien attaché au sein. Il est nécessaire que vos seins soient correctement drainés. Utilisez les techniques suivantes :

  • des tétées plus fréquentes
  • un changement de position pour mieux drainer une zone qui s’engorge
  • tirer le lait après la tétée
  • tirer le lait entre les tétées

 

La mastite infectieuse requiert un traitement rapide et efficace. La mastite infectieuse mal traitée peut dégénérer en abcès (collection de pus ). Les conseils ci dessus doivent donner des résultats en moins de 48h, au delà il est important de consulter votre médecin, lequel vous prescrira sans doute des antibiotiques adaptés. L’allaitement est généralement continué.

 

Il peut aussi être utile d’avoir un soutien gorge adapté au sein douloureux récurrent pendant l’allaitement les soutien gorge en gel gelwire permettent ce confort accru.

Hygiène intime. La vaginose.

Qu’est ce que la vaginose

C’est un déséquilibre de la flore vaginale normale qui est responsable de ce problème.

La vaginose bactérienne n’est pas dangereuse, mais cause des symptômes dont le plus évident est l’odeur désagréable. Il existe différents types d’infections sérieuses, comme par exemple la chlamydia ou la gonorrhée. On peut aussi souffrir d’infections à levures ou la trichomonas (malade parasitaire sexuellement transmissible). C’est la raison pour laquelle il est important de consulter son médecin ou sa sage-femme lorsque l’on constate des symptômes comme une inflammation ou des démangeaisons.

Quels sont les symptômes de la vaginose

Dans 85% des cas, les femmes qui ont une vaginose n’ont pas de symptômes. On peut noter des pertes blanches ou grisâtres, plus abondantes après une relation sexuelle.

Qu’elle en est la cause

Des lactobacilles, bactéries normales présentes dans le milieu vaginal, qui sécrètent entre autre de l’acide lactique, permettent de maintenir un climat vaginal acide (ph entre 3,8 et 4,2). Lorsque la quantité de lactobacilles est réduite, les bactéries anaérobiques (qui se développent en l’absence d’oxygène) augmentent au détriment des bonnes bactéries. La vaginose est souvent causée par la prolifération de plusieurs espèces de bactéries différentes ce qui complique le diagnostic et le traitement.

Certains facteurs peuvent augmenter le risque de développer une vaginose : par exemple un traitement aux antibiotiques, un stérilet, plusieurs partenaires sexuels, la cigarette, les sous-vêtements synthétiques, une alimentation sucrée…

Toutefois la vaginose peut se développer chez des femmes qui n’ont pas encore eu de rapports sexuels.

On sait que le stress perturbe le système immunitaire et aussi l’équilibre hormonal. Une étude publiée en février 2006 dans l’American journal of Obstetrics and Gynecology, démontre le lien entre le stress et la vaginose.

La vaginose est elle-contagieuse

On a pu constater que le fait d’avoir un nouveau partenaire ou des partenaires multiples augmente le risque de développer une vaginose. Toutefois, le mécanisme de propagation des bactéries et le lien entre partenaires multiples et altération de la flore vaginale n’est pas clair.

Comment faire le diagnostic

Le médecin ou la sage-femme effectue un examen pelvien et fait un prélèvement. Le prélèvement permettra de vérifier la présence de chlamydia ou la gonorrhée. À l’examen microscopique on pourra mettre en évidence la présence de levures (candidiase) ou de trichomonase.

Quel est le traitement de la vaginose bactérienne

Elle se traite généralement avec des antibiotiques. Elle est souvent récurrente malgré un traitement réussit. 50% des femmes ont un deuxième épisode de vaginose dans l’année qui suit.

Peut-il y avoir des complication

Chez la femme enceinte, la vaginose bactérienne peut causer un accouchement prématuré ainsi qu’une infection de l’utérus après la naissance.

Cependant, on n’a pas prouvé que le traitement de la vaginose bactérienne diminue l’incidence de naissance prématurée. Les recherches sont en cours sur le sujet. On recommande toutefois le traitement par antibiotiques des vaginoses bactériennes chez les femmes qui ont des antécédents d’accouchements prématurés.

Certaines études disent que l’anémie est souvent présente chez les femmes qui souffrent de vaginoses bactériennes.

Enfin, un traitement naturel efficace

Jusqu’à aujourd’hui, l’utilisation locale de lactobacilles (probiotiques) était le traitement naturel le plus efficace, ils étaient bien souvent aussi efficace que les antibiotiques.

Mais, un nouveau traitement naturel pour la vaginose à base d’acide lactique permet de traiter et de contrôler ce problème de manière efficace, rapide et durable. Il s’agit du gel vaginal Gynofit à l’acide lactique (sous forme d’unidoses) qui agit directement dans la flore vaginale pour rétablir le ph vaginal à son niveau normal tout en stoppant la prolifération des mauvaises bactéries au profit des « bonnes ».

Assurant un équilibre sain et durable de la flore vaginal, Gynofit prévient également de la récurrence de la vaginose bactérienne.

Note : Si vous avez des symptômes de vaginose ou de vaginite, il est fortement recommandé de consulter votre médecin ou votre sage-femme pour écarter la possibilité de problèmes gynécologiques plus graves. À noter que les informations et recommandations données ci-dessus sont à titre d’information et ne constituent pas un avis médical.

 

 

Références :

Bacterial vaginosis, Melissa Conrad Stöppler, medical editor: William C. Shiel Jr., MD, FACP, FACR.

Site: http://www.medicinenet.com/bacterial_vaginosis/article.htm

Vaginose bactérienne, remèdes naturels
http://women-health-info.com/WEB-FR/128-FR-Vaginose-bacterienne-Remedes-naturels.html

Traiter la vaginose bactérienne et rétablir l’équilibre de la flore vaginale avec Gynofit.  

Comment tirer le lait

shutterstock_276890279A la main, avec un tire lait électrique ou avec un tire lait manuel, comment faire ?
Tirer son lait, c’est recueillir votre lait maternel pour que quelqu’un d’autre puisse nourrir votre bébé avec votre lait, en utilisant une tasse ou un biberon.

Vous pouvez souhaiter tirer votre lait pour :
donner votre lait à votre bébé qui ne peut pas téter directement au sein
donner votre lait à votre bébé qui est gardé par une personne pendant votre absence
lors de certaines difficultés d’allaitement

Il y a trois façons de tirer son lait :
l’expression manuelle (on utilise ses mains)
avec un tire lait manuel
avec un tire lait électrique (voir tirer son lait avec un tire lait électrique)

Peut être devriez vous essayer plusieurs méthodes avant de trouver celle qui vous convient le mieux. Aucune méthode n’est aussi facile que la succion du bébé directement, vous aurez sans doute besoin de temps pour maitriser la technique qui marche pour vous.
Première chose importante : lavez vos mains soigneusement avec du savon et de l’eau, puis séchez les avec une serviette propre. Toutes les pièces de votre tire lait doivent être propres, si votre bébé est hospitalisé, les éléments de votre tire lait doivent être stérilisées (ébullition dans l’eau pendant 20mn puis égoutté sur une serviette propre).
Il existe différentes techniques pour favoriser l’écoulement du lait

  • prenez une douche ou un bain chaud pour vous relaxer
  • appliquer une serviette chaude humide sur vos seins
  • installez vous dans un endroit calme et à l’abri des regards indiscrets, utiliser la technique de respiration lente et profonde. Relaxez vous.
  • Installez vous près de votre bébé ou pensez à lui, ayez une photo de votre bébé ou un vêtement qu’il a porté
  • Prévoyez des flacons propres pour recueillir le lait.
  • Comment masser le sein
  • Soutenez délicatement votre sein avec une de vos mains
  • Massez doucement votre sein en faisant des petits cercles qui partent de la base du sein vers le mamelon pendant 2 à 3 minutes
  • Certaines femmes trouvent que de penser à leur bébé les aident à obtenir un reflexe d’éjection, d’autres femmes préfèrent regarder la télévision ou lire un bon livre.

 

Pensez aussi à vous nourrir correctement et à boire à votre soif. Le régime d’une femme qui allaite ne doit pas être différent, mangez simplement correctement.

La conservation du lait

Le lait maternel exprimé doit être conservé de manière hygiénique et réfrigéré. (Voir conservation du lait maternel)

Le lait maternel protège les bébés de beaucoup de maladies et cette protection dure souvent longtemps. L’allaitement est également bénéfique pour la santé des femmes.

L’allaitement devrait idéalement être poursuivi sans aliments ou boisson de complément pendant les 6 premiers mois de la vie de l’enfant, et continué aussi longtemps que la mère et l’enfant le souhaite après la diversification alimentaire.

Encourager votre bébé a dormir !

shutterstock_174608444On peut vous conseiller de garder le bébé réveillé durant la journée pour qu’il dorme mieux la nuit, mais cela ne marche généralement pas. Un bébé fatigué et énervé risque de pleurer et de vous stresser.

Pendant les premiers mois, les parents utilisent souvent la tétée pour endormir leur bébé. Les tous petits ont besoin de tétées fréquentes de jour comme de nuit, leur estomac est tout petit et la ration nutritive doit être étalée sur 24h. De plus le bébé humain se développe à toute vitesse, son cerveau se développe également très vite, les tétées fréquentes répondent à ces besoins spécifiques de l’espèce humaine. Plus tard, le bébé saura faire des pauses plus longues.

Vous pouvez utiliser le bercement, le portage pour encourager votre bébé à s’endormir, en utilisant toujours le même rituel, le bébé peut doucement l’intégrer comme un signal vers le sommeil. Beaucoup de parents utilisent ces techniques jusqu’à ce que l’enfant soit assez grand pour trouver le sommeil tout seul.

Si vous voulez encourager votre bébé à apprendre à s’endormir seul sans la présence de ses parents vous pouvez essayer les approches suivantes :

– placer votre bébé fatigué mais réveillé dans son petit lit à l’heure du coucher

– lorsque votre bébé se familiarise avec votre petit rituel, ajoutez y un bain ou une chanson, une histoire

– mettez une lumière douce, évitez tout bruit et ou lumière vive lors des réveils nocturnes

  • pour les tout petits, certains parents donnent des tétés plus rapprochées le soir ou donnent une tétée avant de se coucher au bébé semi endormi. Ceci peut aider à rallonger les nuits.

 

Que pouvez vous faire pour vous ?

 

La journée peut être difficile à aborder après une nuit entrecoupée de réveils, voici quelques conseils :

  • si vous le pouvez faites une sieste dans la journée lorsque le bébé dort
  • débranchez le téléphone pendant la tétée ou la sieste
  • prenez soin de vous, manger bien, faites des exercices légers et reposez vous le plus possible.

 

Ne vous focalisez pas sur le ménage et les choses que vous n’arrivez pas à faire, demandez de l’aide à vos amis, votre famille.

Demandez à votre compagnon de s’occuper de votre bébé pendant quelques heures afin que vous puissiez dormir, ou demandez à votre famille de prendre le bébé pendant quelques heures afin que vous et votre compagnon puissiez dormir.

Si vous n’arrivez pas à vous reposer alors que votre bébé dort et que vous êtes fatiguée, contactez votre médecin, cela peut être un signe de dépression postnatale.

Certains parents décident de dormir avec leur bébé, cela s’appelle le cododo, si vous décidez de pratiquer le cododo, lisez notre section cododo. Cette technique permet de préserver le sommeil des parents.

Le tabagisme durant la grossesse

shutterstock_171529553Lorsque vous êtes enceinte, il est préférable pour vous et votre bébé que vous viviez dans un environnement non fumeur.  Si vous êtes fumeuse vous-même ou si vous êtes en compagnie de fumeurs, votre bébé fume aussi ! Dans ce cas, la meilleure chose à faire est d’arrêter.

La cigarette impacte le développement du bébé, son poids de naissance et augmente le risque des troubles respiratoires.

Effets de la cigarette sur mon bébé

Lorsque vous fumez ou que vous êtes dans un lieu enfumé, votre bébé reçoit moins d’oxygène et moins de nutriments car le monoxyde de carbone et autres substances nocives traversent le placenta et atteignent votre bébé ; cela peut donc entrainer une croissance plus lente et une faible prise de poids pour votre bébé pendant la grossesse. Votre enfant pourrait également développer des problèmes d’apprentissage, souffrir de troubles respiratoires ou être sujet à des otites ou/et des rhumes.

Plus vous fumez, plus vous exposez non seulement votre bébé à des complications périnatales mais cela augmente également les risques pour votre propre santé (fausse couche, complications au moment de l’accouchement). La cigarette expose votre bébé à plus de 4000 produits chimiques contenus dans la fumée du tabac ! ça fait réfléchir…

Attention au tabagisme passif!

Contrairement aux idées reçues, le tabagisme passif est tout aussi néfaste pour votre bébé !  En effet, la fumée contient les mêmes produits toxiques et cancérigènes que ceux que le fumeur inhale. Les enfants exposés régulièrement à la fumée courent 50% de plus de risques de développer des lésions pulmonaires et des troubles respiratoires (asthme par exemple) surtout si ils ont moins de 2 ans. . La fumée passive inclut à la fois la fumée exhalée par le fumeur ainsi que la fumée provenant de la cigarette. Cette fumée est 2 à 3 fois plus dangereuse que celle exhalée qui est passée par le filtre de la cigarette.

En bref

Peu importe la quantité de cigarettes consommées, la fumée du tabac est toujours néfaste pour vous et votre bébé. Après la naissance de votre bébé, il est également préférable de ne pas recommencer car si vous le faites, vous faites subir à votre enfant les risques du tabagisme passif (Voir ci-dessus) À savoir, le tabac diminue aussi la fertilité donc pour celles qui souhaiteraient tomber enceinte, profitez-en pour arrêter immédiatement !

Evitez les environnements enfumés, et inciter vos proches et amis à ne pas fumer en votre présence : envoyez les sur le balcon ou dans le jardin.

Si vous souhaitez arrêter de fumer, prenez rendez-vous avec votre médecin pour discuter des solutions adaptées aux femmes enceintes.

Faire de l’exercice pendant la grossesse

Mis en avant

shutterstock_243648862N’en faites pas trop!

Avant, on déconseillait l’exercice physique aux femmes enceintes. Aujourd’hui, au contraire il est fortement conseillé d’en faire durant la grossesse. Que vous choisissiez un accouchement « naturel »  ou un accouchement sous péridurale, vous devriez  faire de l’exercice pendant toute votre grossesse pour développer et renforcer vos muscles pour l’accouchement.

Faire de l’exercice durant la grossesse c’est bon pour vous – Privilégiez les activités dites « douces ».

Quelques exercices qui peuvent vous aider pendant la grossesse

Le renforcement du plancher pelvien
C’est probablement le sujet le plus développé au cours des sessions prénatales et pour de bonnes raisons ! C’est excellent pour votre périnée.

Vous pouvez le faire avant et après l’accouchement ; avant pour bien maintenir le fœtus et après pour raffermir vos muscles abdominaux Vous pouvez faire cet exercice couchée sur votre dos ou debout ou dans la position à 4 pattes (sur vos genoux).

En position couchée, allongez-vous à plat sur votre dos, les mains sur le sol des 2 côtés. Balancez votre bassin vers le haut en soulevant le creux de votre dos du sol. Retournez en position initiale. Il s’agit d’un petit mouvement, ne stressez pas votre dos.

 

Position debout
Gardez votre dos en position droite, serrez vos fesses, pliez doucement vos genoux et balancez votre bassin en avant et en arrière.  Pour appréciez vos exercices journaliers, mettez de la musique. Votre abdomen et le bas de votre corps devraient « travailler » tandis que les autres zones devraient rester droite.

 

Position 4 pattes
Avancez vos mains et genoux ; vos pieds et vos mains  doivent être parallèle au sol. Descendez vos fesses et progressivement cambrer votre dos en poussant l’abdomen vers l’avant. Puis remonter vos fesses vers le haut ainsi que votre dos, et rentrer votre abdomen vers vous.

 

Exercices de Kegel
Vous pouvez également faire des exercices de Kegel pour tonifier vos muscles de la zone pelvienne (ou abdominale) et pour améliorer la circulation. Ces exercices devraient être prolongés même après votre accouchement pour aider votre corps à cicatriser plus rapidement et pour re-tonifier les muscles du vagin.

 

Position accroupie
Tenez vous debout avec votre dos contre le mur. Descendez doucement votre corps le long du mur, avec vos mains le long dur mur également, jusqu’à ce que vous ayez une position accroupie. Gardez vos pieds parallèles et les talons à plat sur le sol, et remontez doucement votre corps. Cet exercice va aider votre dos et c’est un bon entrainement pour porter des objets lourds. Toujours les soulever avec votre dos bien droit, accroupie en utilisant les muscles de vos jambes pour pousser.

À savoir

Demandez conseil à votre médecin avant de commencer toute activité physique
Buvez beaucoup d’eau avant, pendant et après votre activité
Evitez les exercices lorsqu’il fait chaud ou lorsque vous ne vous sentez pas bien
Mangez 2/3h avant et immédiatement après l’exercice physique
Stoppez immédiatement l’activité si vous ressentez des douleurs

 

Si vous constatez l’un des symptômes suivants, appelez votre médecin :

  • Contractions persistantes
  • Saignements vaginaux
  • Enflure soudaine des mains, visage ou chevilles
  • Fatigue excessive
  • Changements dans les mouvements habituels du fœtus

 

Vous n’avez pas besoin de stress additionnel pendant cette période si spéciale de votre vie. Vous expérimenterez peut être les sauts d’humeur. Ne vous mettez pas dans des situations qui peuvent vous stresser. Ne prévoyez pas trop d’activités – reposez vous un maximum. Utilisez les périodes calmes à bon escient, asseyez vous et respirez profondément pendant quelques minutes, relaxer votre corps et votre esprit. Faire de l’exercice pendant la grossesse est absolument vital pour avoir une grossesse en bonne santé, un accouchement facilité, et un rétablissement post-partum rapide. Ne lésiner pas sur le fait de faire de l’exercice avec des excuses du type « je n’ai pas assez de temps ».

 

Aussi il est possible de se procurer une ceinture permettant de transformer vos pantalon en vêtement de grossesse, pour un confort accru lors de l’activité physique

procurez vous cette ceinture

La consommation d’alcool pendant la grossesse

shutterstock_125434265Vous pensez sans doute qu’un petit verre de temps en temps ne peut pas faire de mal ? Et bien sachez que l’alcool et la grossesse ne font pas bon ménage et il est fortement conseillé de ne pas en consommer lorsque vous êtes enceinte pour être sure de ne pas faire de mal à votre bébé.

Sachez bien qu’il n’y a pas de quantité acceptable ni de bon moment pour consommer de l’alcool durant la grossesse. Rappelez-vous, tout ce qui va dans votre corps va affecter votre bébé !

Quelles en sont les conséquences sur mon bébé?

Lorsque vous buvez de l’alcool et que vous êtes enceinte, celui ci traverse rapidement et facilement le placenta. En effet, l’alcool que vous consommez affecte rapidement le bébé via le sang. Le bébé n’est pas capable de « gérer » l’alcool et cela peut affecter son développement.

Si vous buvez de l’alcool pendant votre grossesse, vous risquez de donner naissance à un bébé atteint de « l’ensemble des troubles de l’alcoolisation fœtale » (ETCAF) plus connu sous le nom du syndrome d’alcoolisme fœtal. Il désigne un ensemble de troubles à la fois physique, comportemental et mental. Les bébés atteints de l’ETCAF peuvent être prématuré, de faible poids et avoir des malformations au niveau du visage.

Combien d’alcool est considéré comme trop pendant la grossesse

Des études ont montré que des enfants nés de mères n’ayant bu qu’un verre par jour durant leur grossesse pouvaient développer des problèmes de comportement ou d’apprentissage. Encore une fois, il n’est pas conseillé d’en consommer lorsque vous enceinte.

Si toutefois, vous souhaitez continuer à en consommer, il ne faudrait pas boire plus de 1 à 2 unités d’alcool une à 2 fois par semaine et ne pas se retrouver dans un état d’ébriété avancé afin de protéger votre bébé. Attention, le type d’alcool consommé ne fait aucune différence, ce sont les unités consommées qui importe.

En général, plus de 6 unités d’alcool par jour implique une très forte chance d’avoir un bébé souffrant du syndrome d’alcoolisme fœtal. Mais personne ne peut dire avec certitude la quantité d’alcool qui cause l’ETAF. Cela signifie qu’il n ‘y a pas de quantité d’alcool sans risque pour votre grossesse. La majorité des professionnels de santé conseillent l’abstention totale.

Pour information : Les unités d’alcool

  • 1 unité d’alcool = 10g d’alcool, ce qui correspond à :
  • 25ml d’un spiritueux (alcool) comme la vodka, le gin… approximativement 175ml d’un verre de vin ou de champagne
  • Une pinte de bière
  • 55ml de liqueur comme le baileys

Vitamines et compléments alimentaires pendant la grossesse

shutterstock_256540945Pendant la grossesse, vous avez besoin de plus de fer, d’acide folique, de calcium et de phosphore. Si vous mangez sainement,  vous n’aurez pas besoin d’effectuer de changements majeurs lors de votre grossesse mais certains nutriments sont particulièrement importants. ! Ils vous aideront à produire plus de sang et à construire les os de votre bébé. Généralement vous pouvez obtenir ces nutriments dans votre alimentation par les viandes, les légumineuses, les pois, les produits laitiers, les pains aux céréales…

L’acide folique, la vitamine D, le calcium & le fer sont des éléments essentiels pour une grossesse en toute sécurité.

L’acide folique

Qu’est ce que c’est ? L’acide folique est une des vitamines du groupe B essentielles à la croissance de votre bébé. En effet, cette vitamine est indispensable pour le développement du cerveau, du crâne et de la colonne vertébrale de votre bébé lors des 1ères semaines de grossesse.

Il est fortement conseillé aux femmes enceintes de prendre tous les jours des multivitaminés contenant 0,4 mg d’acide folique jusqu’à la 12ème semaine de grossesse. (Attention : il n’est pas recommandé de consommer plus d’1 mg d’acide folique par jour sans l’avis d’un médecin). Il est également important de consommer davantage d’aliments riches en acide folique tels que : les légumes verts (brocolis, épinards, choux de Bruxelles et petits pois par exemple), le riz complet, les pains aux céréales complètes…

Avant de tomber enceinte, vous pouvez commencer à prendre quotidiennement des vitamines contenant de l’acide folique et lors des 3 premiers mois de grossesse pour réduire les risques d’anomalies du tube neural qui peuvent entrainer à la naissance des troubles neurologiques pour le bébé. (Ex : spina bifida)

Si vous avez déjà eu des problèmes d’ATN (Anomalie du tube neural) lors de votre précédente grossesse, que vous faites du diabète, de l’épilepsie ou de l’intolérance au gluten ; il se peut que vous ayez à prendre des doses plus élevées d’acide folique. Parlez-en à votre médecin.

Vitamine D et le calcium

La vitamine D est recommandée pour les femmes enceintes et allaitant à raison de 0,01 milligramme par jour. Elle va aider à absorber le calcium contenu dans les aliments nécessaire à la construction des os et au bon fonctionnement du système immunitaire. En consommant suffisamment de calcium, vous contribuerez aussi à la santé de vos propres os et de vos dents !

Où trouver de la vitamine D ? La vitamine D est naturellement présente dans peu d’aliments (œufs et poissons huileux par exemple) et en plus petite quantité dans le beurre et la margarine. La majeure partie de la vitamine D est produite dans la peau lorsqu’elle est exposée au soleil. Selon les dernières informations il semble que l’exposition au soleil ne suffise pas à couvrir nos besoins en vitamine D.

Le fer

Beaucoup de femmes débutent leur grossesse avec un taux de fer bas ou une légère anémie. Les résultats de la prise de sang effectuée lors de votre première visite, permettront à votre médecin de vous prescrire des compléments en fer si tel est votre besoin. Vous aurez besoin de fer pour assurer la croissance normale de votre bébé (notamment pour le développement du cerveau de bébé) et le fer est important pour renforcer le sang. Mais attention aux excès ! Consommer des aliments riches en fer peut vous aider à éviter de prendre de compléments de fer qui peuvent causer des constipations et qui interfèrent avec l’absorption d’autres nutriments. Demandez conseil à votre médecin.

Les aliments riches en fer La viande rouge, les haricots rouges, le pain, les œufs et les légumes verts sont des aliments riches en fer. Ajoutez-les à votre alimentation !

Les proteines

Tout au long de votre grossesse, vous allez avoir besoin de plus de protéines pour le développement de votre bébé. Les nutriments des protéines renforcent les muscles et vous protège des infections. Les protéines se trouvent principalement dans la viande, le poisson, la volaille, les haricots et les produits laitiers.

Hydrates de carbonnes

Ils vous apportent plus de la moitié des calories dans votre alimentation. Il s’agit généralement des sucres et des féculents qui sont les sources principales d’énergie. Vous pouvez les trouver dans les céréales et dans les légumes riches en féculents. Les pommes de terre et le maïs vous apportent l’énergie et les fibres. Les fibres sont également présentes dans les céréales, fruits et légumes.

Les graisses

es graisses aident votre corps à utiliser les hydrates de carbone, les protéines et les vitamines mais ont des apports en calories élevés. Les graisses devraient être de moins de 30% de vos calories journaliers. Les graisses sont soient saturées soient non saturées. Celles qui sont saturées sont présentes dans la viande et dans tous les produits laitiers, essayez dans ce cas de prendre du lait écrémé par exemple. Utilisez des techniques de cuisson sans graisses comme par exemple le fait de griller la viande.

Prendre des médicaments pendant la grossesse

shutterstock_18257989Les médicaments peuvent avoir des effets néfastes sur votre bébé, qu’ils soient prescrits ou en auto médication, de façon régulière ou occasionnelle.

Lorsque l’on parle de médicaments, on fait référence aux :

  • comprimés / cachets
  •  suppositoires
  • médicaments en spray
  •  baumes, pommades, crèmes
  •  huiles

Pendant la grossesse, votre bébé est particulièrement vulnérable aux effets des médicaments que vous pourrez prendre.  En effet, le foie de votre bébé n’est pas prêt à éliminer les médicaments que vous allez prendre. C’est pourquoi, il faut être extrêmement prudente à ce que vous prenez lorsque vous êtes enceinte.  Demandez toujours l’avis de votre médecin et de votre pharmacien.  Eviter de prendre tout type de médicaments à moins que vous ayez consulté au préalable. Ne jamais prendre une aspirine avant d’avoir consulter votre professionnel de santé car les médicaments que vous prenez vont être véhiculés jusqu’à votre bébé.  Même la prise de traitements pour les hémorroïdes ou les rhumes devrait être vue avec un spécialiste. Quelque soit le type de médicaments, ils peuvent contenir des composants ou ingrédients qui peuvent affecter votre bébé.

Prenez contact avec votre professionnel de santé avant de prendre n’importe quel médicament !

 

Gérer la fatigue :

shutterstock_275686145On vous le dira certainement, quand on devient parent le sommeil et les temps de repos sans interruption deviennent un véritable luxe. Les nuits hachées de l’après naissance n’ont rien à voir avec celles longues et paisibles d’avant.

Apprendre à reconnaître les cycles de sommeil du bébé est probablement très utile.

Les rythmes du sommeil du bébé

Les bébés ont besoin de beaucoup de sommeil, ils enregistrent beaucoup de nouvelles informations et grandissent et se développent à toute allure.

Les bébés ne connaissent pas la différence entre le jour et la nuit, cette faculté se développe progressivement au cours des premiers mois. On constate généralement un nombre élevé de réveils nocturnes entre la 4ème et la 6ème semaine de vie et la majorité des bébés font des nuits plus calmes et longues vers environ 12 semaines de vie.

Les adultes alternent sommeil léger et sommeil profond, le sommeil profond représentant environ les 4/5ème du temps. Les bébés ont on contraire un ration sommeil léger, sommeil profond qui est de 50 :50 Ils passent donc plus de temps en sommeil léger, durant lequel le réveil est plus facile.

Nous nous réveillons tous très brièvement lorsque nous passons d’un cycle de sommeil à un autre, les bébés alternent plus souvent les cycles de sommeil, environ toutes les 50 à 60 minutes. Ces réveils brefs fréquents peuvent soit inciter le bébé à se rendormir ou à se réveiller complètement.

Que pouvez vous faire pour vous

La journée peut être difficile à aborder après une nuit entrecoupée de réveils, voici quelques conseils :

  • si vous le pouvez faites une sieste dans la journée lorsque le bébé dort
  • débranchez le téléphone pendant la tétée ou la sieste
  • prenez soin de vous, mangez sainement, faites des exercices légers et reposez vous le plus possible.

 

Ne vous focalisez pas sur le ménage et les choses que vous n’arrivez pas à faire, demandez de l’aide à vos amis, votre famille.

Demandez à votre compagnon de s’occuper de votre bébé pendant quelques heures afin que vous puissiez dormir, ou demandez à votre famille de prendre le bébé pendant quelques heures afin que vous et votre compagnon puissiez dormir.

Si vous n’arrivez pas à vous reposer alors que votre bébé dort, et que vous êtes fatiguée, contactez votre médecin, cela peut être un signe de dépression postnatale.

Certains parents décident de dormir avec leur bébé, cela s’appelle le cododo, si vous décidez de pratiquer le cododo, lisez notre section cododo. Cette technique permet de préserver le sommeil des parents.